Ce mercredi 11 novembre, la Belgique célèbre la fin de la Première guerre mondiale. Ce jour de l'Armistice marque la fin d'un conflit qui a fait près de 20 millions de victimes, militaires et civiles, dont 100 000 Belges.  

Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé à Rethondes dans un wagon-restaurant, aménagé à l'intérieur du train d'Etat-Major du Maréchal Foch, en pleine forêt de Compiègne. L’Allemagne signe ce traité en faveur de la Triple Entente (composée de la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis), pour mettre fin aux combats sur le front occidental. Ce traité vise aussi à définir les conditions de la défaite de l'Allemagne, dont les alliés ont cessé de se battre quelques temps plus tôt. L'armistice du 11 novembre est donc le dernier traité, signé après quatre jours de négociations. Il sonne l’arrêt des combats entre les alliés et l’Allemagne qui durent depuis 4 ans.

Ce qu'ils signent le 11 novembre 1918, ce n'est pas la capitulation de l'Allemagne à proprement parler, mais une suspension des hostilités d'une durée de 33 jours renouvelables. Si un cessez-le-feu est donc officiellement proclamé à 11 heures ce jour là, la fin de la guerre ne sera entérinée qu'avec une série de traités de Paix, dont le plus célèbre reste le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919. 

En cet anniversaire, le devoir de mémoire est plus que jamais essentiel afin que les jeunes générations, comme celles à venir, connaissent notre histoire, soient capable de la comprendre, de la transmettre à leur tour, mais surtout soient capables de l’analyser et d’en tirer les enseignements pour que les horreurs d’hier ne se reproduisent plus jamais demain.

111 nov super n d7e7d